Hôpital public

scenarioB Adam, G Blosse, C Burger, T Bedouet, T Gochi, F Grolleau, N La Casinière
dessinB Adam, G Blosse, C Burger, T Bedouet, T Gochi, F Grolleau, N La Casinière
editeurVide Cocagne
annee2016
notesAlbum broché de 94 pages au format 16×24 cm

Voici une galerie de portraits de personnels hospitaliers réalisée par différents dessinateurs.
Tout débute lors d’un mouvement de grève au CHU de Nantes, juste avant un Comité Technique d’Etablissement. L’occasion pour l’infirmier syndiqué d’exprimer les inquiétudes des salariés: réduction des effectifs, dégradation des conditions de travail. La réunion est particulièrement vive entre la direction, les syndicats et les salariés qui se sont mobilisés.

Rencontre avec Emmanuel, infirmier de nuit aux urgences, 250 adultes en moyenne par jour, manque de lits, manque de moyens sont aussi pointés, de plus en plus d’attente et de violence. Nouvelles revendications des salariés et après 1 mois de grève obtiennent quelques améliorations en personnel et primes. Cette histoire montre bien les mécanismes des grèves actuelles et que les revendications , lorsqu’elles sont entendues c’est au détriment d’autres services.

Jeannie  est agent de nettoyage, pourtant elle était sage-femme dans son pays qu’elle a fui pour cause de guerre civile. Mais elle n’est pas fonctionnaire, c’est une entreprise extérieure qui l’embauche et intervient au CHU. Là aussi au gré des rachats successifs de l’entreprise, c’est toujours plus de tâches à faire sans augmentation d’heures.

Jean-Luc est anesthésiste, retraité depuis peu, le CHU, face à la pénurie d’anesthésistes, lui a proposé de poursuivre son activité avec un salaire double! Absurdité d’un système à bout de souffle. La pression ne vient pas de la peur d’un procès mais des décisions des gestionnaires. C’est la course aux actes, il n’y a plus de temps pour le patient, les familles, le personnel. Le soin est devenu comme la fabrication d’un biscuit, un produit dont on recherche le moindre coût.

Sophie est infirmière en réanimation chirurgicale, elle nous apprend que la durée de vie professionnelle d’une telle infirmière est de 10 ans. Le temps de transmission d’informations est primordial dans un tel service, la vigilance de tout instant est absolue face à tous ces appareils. La liste des tâches quotidiennes est impressionnante, le retentissement psychologique énorme.

Une constance dans ces rencontres, la difficulté pour chacun de travailler dans de bonnes conditions et le constat que la qualité de l’offre de soins ne fait que se dégrader depuis plusieurs années. L’hôpital devient ainsi de moins en moins hospitalier, il élabore des consignes, des normes et l’on passe des heures et des heures à les contrôler encore et encore…
Une très bonne bande dessinée témoignage sur les coulisses du monde hospitalier.
.

Hôpital public
Copyright B. Adam/Vide Cocagne

 

PartagerEmail this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn