Quelque chose nous a échappé

scenarioJuan Pablo Mino
dessinGwendoline Blosse
editeurVide Cocagne
annee2016
notesAlbum broché de 64 pages au format 15×21 cm

Le meilleur ami de Juan, Théo est un enfant doué, apprécié des filles, gâté par ses riches parents, avec leurs copains, ils grandissent et font les 400 coups. Ados, ils découvrent les premiers pétards, Théo est le seul a pouvoir acheter suffisamment d’herbe pour toute la bande. Petit à petit Théo passe de leader à dealer, il a à peine 15 ans.
Théo, aimé de tous, change insidieusement, il es moins “cool”, devient vite agressif s’il est contrarié, il abandonne l’école en seconde, c’est à ce moment là que ses parents réagissent, fini les copains, le shit, les sorties.
Juan est un des rares à pouvoir lui rendre encore visite. Théo ne fume plus mais remplace l’herbe par de la bière, en masse.
Là encore peu à peu Théo change mais physiquement cette fois, il grossit énormément, son visage devient bouffi. Ils n’ont que 17 ans mais ne se marrent plus comme avant. Théo est dépressif.
Un jour les parents de Théo sur les conseils d’un psy lui paie un appartement afin de le responsabiliser.
Hélas ses journées se résument en bière, shit, chips et médicaments! Il perçoit l’Allocation Adule Handicapé, il n’a que 22 ans.
Année après année, cela ne fait qu’empirer. Théo n’avait pas un rond pour s’acheter à manger mais il achète de l’héroïne maintenant!
La prise d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, d’anti-alcool ne semble avoir aucun effet.
Il devient coutumier du chantage affectif, s’automutile, fait plusieurs séjour en psychiatrie.
Son appartement est devenu immonde, les visites de ses amis se sont clairsemées.
Ses parents découvrant un jour l’état de son appartement le font sortir en lui achetant une petite maison éloignée du centre….
Mais les copains de Théo font peu à peu leur vie, travaillent, se marient, s’installent, et lui rendent de moins en moins visite, même Juan n’y va quasiment plus que deux ou trois fois par an.

La bande dessinée se termine par un texte de Juan qui se pose toujours des question sur les causes de ce gâchis qu’est devenue la vie de Théo qui avait tout quand ils étaient petits mais que Juan a vu partir à la dérive sans jamais pouvoir revenir à l’équilibre.
Et enfin un texte de Théo qui fait le point sur sa vie et qui croit encore en un avenir meilleur.

A la lecture de ce parcours on ne peut s’empêcher de penser que l’absence d’amour, cette distance manifeste de ses parents associée à la prise très précoce de cannabis sont les raisons principales des troubles psychiatriques et des addictions de Théo.
.

Quelque chose nous a échappé
Copyright G Blosse/Vide Cocagne
PartagerEmail this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn