Annie Sullivan & Helen Keller

Joseph Lambert
Joseph Lambert
Cà et Là
2013
Album cartonné de 94 pages au format 22×31.

Annie Sullivan malvoyante et pratiquant la langue des signes est engagée par la famille Keller pour s’occuper de leur fille de 6 ans Helen, elle-même aveugle et sourde depuis ses 19 mois.
Depuis, coupée du monde extérieur, elle n’a quasiment fait aucun progrès et est devenue une “sauvageonne” qu’il est difficile d’approcher.

Annie Sullivan a connu bien des difficultés liées à son handicap durant son enfance passé en partie dans un hospice puis dans un institut pour aveugles. Elle sait qu’Helen souffre de solitude enfermée dans le noir. L’apprentissage de la langue des signes chez cet enfant sera long, fastidieux douloureux, mais la petite fille est intelligente bien que rebelle. Apprendre la langue des signes à une aveugle nécessite patience, discipline, abnégation. Annie devra aussi convaincre les parents d’Helen que ses méthodes sont les bonnes malgré leur apparente brutalité.
Enfin, la persévérance paie, Helen parvient à nommer les choses en les signant puis ébauche des phrases. Elle apprend aussi à écrire!

Les progrès d’Helen dépassent rapidement le cercle familial et l’Institut des jeunes aveugles, les journalistes s’en intéressent tout comme le public. Elle apprend le français, le grec en braille, mais cette médiatisation ne fut pas toujours du goût d’Annie. L’album prend fin lorsque qu’Helen a une douzaine d’années.

Quelques notes en fin d’ouvrage nous apprennent notamment qu’Helen eut un parcours assez exceptionnel d’écrivain, de politicienne. Elle créera la fondation Keller et les américains fêtent chaque année le Helen Keller Day!

Un ouvrage très intéressant, avec de nombreuses trouvailles graphiques qui nous renvoie en 1890 aux balbutiements de la prise en charge des aveugles et des sourds.

Meilleur album 2014 du “Trophée des BD qui font la différence”.
.

Copyright Lambert/Cà et Là