Dr Eugène et Mr Duf

Retour Biographie Bibliographie Interview Divers

L’article original était en accès libre jusque début 2006, le site étant maintenant en accès réstreint, je me suis permis de le reproduire.

Quand il ne dessine pas dans son atelier, le Dr Philippe Dufour, alias « Duf », court les salons du livre et les congrès médicaux pour illustrer sur le vif les sujets traités. Avec dix albums à son actif, ce généraliste de Nevers est un dessinateur heureux.

Son domicile nivernais est une véritable caverne d’Ali Baba pour bédéphiles. Au total, le Dr Philippe Dufour, 41 ans, possède près de 3 500 albums. Et son atelier croule sous les planches, croquis et bouquins… Fin 2004, « Duf » va sortir Allô Doc ? le cinquième tome des aventures décapantes de son héros favori, le Dr Eugène Héralist, un bêtisier de tout ce qu’un médecin de famille vit jour après jour à son cabinet. En 2003, outre le quatrième album consacré à Eugène Héralist (Bobos à gogo !), Duf a publié, avec le soutien de la Mutualité, de la CPAM, de la Ddass, du conseil général et de la ville de Nevers, En pleine forme, une BD de prévention destinée aux collégiens, qui dispense des conseils pratiques illustrés par les aventures de Vinyl Gontran. On lui doit aussi Loria et Michaël, un album lauréat du concours La Course en Solidaire, de la Mutualité française, qui raconte le quotidien de jeunes diabétiques. Et il s’attaque maintenant à un bêtisier du monde hospitalier ainsi qu’à une BD de prévention sur les bobos des vacances…

Le scénario et le dessin d’humour représentent le quart de l’activité et des revenus de ce généraliste hors norme, qui a dévissé sa plaque fin 1998 pour pouvoir se consacrer davantage à son épouse, sage-femme, à ses deux filles et à sa passion pour la BD, tout en continuant à exercer une médecine générale «assez pointue» dans un centre pour polyhandicapés et auprès d’organismes comme l’Afpa ou la Cotorep. Le reste du temps, lorsqu’il n’a pas le crayon en main, Duf court les salons du livre, afin d’y présenter ses œuvres, et les congrès médicaux pour illustrer sur le vif les sujets traités.

Comme Obélix avec la potion magique, Duf est tombé très jeune dans la marmite de la médecine générale et du dessin. «Dès l’âge de 4 ou 5 ans, j’ai eu envie de devenir généraliste et j’ai fait mes études de médecine à Dijon par vocation, sans passer le concours de l’internat, explique le Dr Dufour. À l’adolescence, comme je désirais aussi faire de la BD, j’ai commencé à dessiner et je ne me suis plus jamais arrêté.»

Docteur dessinateur

Au lycée, à la fac comme au service militaire, Duf a fait paraître plusieurs fanzines. Il a aussi publié sa première BD, les Aventures de l’externe fou, puis les Aventures d’Antoine Chabouillard, le héros de BD 100 % grabataire, qui sème la pagaille en long séjour…

En 1989, il a consacré sa thèse à l’image du médecin dans la BD franco-belge, après avoir compulsé 2 500 albums et analysé toutes les vignettes dans lesquelles apparaît un toubib. De son étude, saluée par le jury, il ressort que le médecin de BD examine peu le patient, avec des gestes faux ou approximatifs ! En 1994, deux ans après son installation à Nevers, le Dr Dufour a remporté, grâce à ses planches sur Eugène Héralist, un concours d’anecdotes médicales organisé par le Généraliste. Il a ensuite publié pendant trois ans ses dessins dans la revue médicale Profils médico-sociaux, aujourd’hui disparue, ce qui lui a permis de se constituer un fichier de 3 500 médecins lecteurs, qui continuent à acheter ses albums.

Duf a choisi de s’auto-éditer, car « il faut savoir rester petit, ne pas dépendre d’un gros éditeur, pour rester libre et continuer à exister », affirme-t-il. Il puise son inspiration dans son imagination, mais aussi au sein de ses multiples carnets, où sont notés quantités de gags puisés dans son expérience professionnelle. « Au début, j’avais un peu honte de ce que je faisais, puis “le docteur qui dessine” est devenu ma marque de fabrique auprès de mes patients », confie le Dr Dufour.

Duf réalise trois ou quatre « crayonnés » et teste ses dialogues à haute voix avant d’encrer ses planches. Il lui faut six à sept heures pour créer une page de BD, en y prenant à chaque fois beaucoup de plaisir. « Je n’ai aucun regret de ne plus exercer en cabinet, avoue-t-il, car je faisais des horaires faramineux et me laissais “bouffer” par mes patients, au point de mettre ma propre santé en danger. Aujourd’hui, je suis autant un médecin qu’un dessinateur heureux. » Et cela se voit dans ses albums!

À lire : Bobos à gogo, 11,50 euros. À commander à Duf Editions : 18, rue Saint-Benin, 58000 Nevers.
Site internet : http://www.docduf.com/

Copyright Le Généraliste N°2276 du 06/02/2004
Jacques Huguenin