Narratives

fleche1

La société Narratives est une maison d’édition spécialisée dans la communication et dans le domaine médical. Elle édite depuis bientôt 20 ans des bandes dessinées destinées aux médecins comme aux patients, le plus souvent en partenariat  avec des laboratoires pharmaceutiques, parfois avec des associations.
Faisant partie du groupe d’éditions Bardet-Souchard, Narratives a publié son premier album en 1992 sur le diabète. Le succès fut au rendez-vous, l’album bénéficia ainsi de plusieurs rééditions.

Suivrons de nombreux titres fin des années 90 et début des années 2000. Après quelques années où Narratives semblait avoir nettement ralenti sa production, l’éditeur revient en force depuis les années 2010 avec de très nombreux titres et des projets pleins ses cartons.
L’éditeur aborde de nombreux thèmes médicaux (diabète, hypertension, sida, boulimie…) et produit des bandes dessinées de qualité, tant au niveau graphique que scénaristique, de même, le message pédagogique est toujours au cœur de l’histoire.
Si le scénariste Jean-Louis Fonteneau est très souvent sollicité (la quasi totalité de leur production jusque 2015), l’éditeur sait s’entourer de collaborateurs médecins, toujours spécialistes du thème traité. Les dessinateurs sont eux aussi choisis avec pertinence et assurent un graphisme souvent classique mais efficace.
Les partenariats avec des associations, des sociétés savantes, des collectivités territoriales ou des Laboratoires Pharmaceutiques permettent une diffusion large des ouvrages.

A signaler une particularité de cet éditeur: la diffusion simultanée, pour la plupart des titres, d’albums brochés et cartonnés. Avis aux collectionneurs…

Il faut aussi préciser que la référence à Narratives n’est pas toujours présente sur tous les albums, notamment ceux diffusés par Doin. Par ailleurs plusieurs titres* sont parus sous la marque C0² Media pour les laboratoires Bayer Healthcare.

Livres déjà parus chez Narratives, l’importance et la diversité des thèmes abordés en font un éditeur majeur dans l’édition médicale dessinée.
Mise à jour en janvier 2018.
.

Titre Année Sujet
Au fil de l’eau 2002 Hypertension
Au pays de Trémal 1995 Douleur
Avant que l’ombre* 2007 Bronchite chronique
Bal à Venise 2010 Douleur, diabète
Binge Drinking 2011 Alcool
Carnet de patients 2009 Anesthésie, hormones, Parkinson, prostate…
Contre vents et marées 2017 Leucémie lymphoïde chronique
Damien: histoire d’un diabétique 1992 Diabète
De la réussite dans l’air 2016 Asthme
De l’ombre à la lumière 2015 Troubles bipolaires
Destins croisés 2014 Asthme
Droit au coeur 2013 Infarctus du myocarde
Eddy change de vie 2014 Tumeur de la vessie
Gamètes en fête 2002 Procréation médicalement assistée
Haute pression sur l’arête des cosmiques 2002 Hypertension artérielle
Histoires de famille 2009 Hépatite B
Intime confidence* 2007 Troubles de l’érection
J’ai besoin d’elle 2003 Hormone de croissance
La bonne étoile 2017 Hypercholestérolémie
L’affaire des boutons ? Acné
La grande journée 1996 Handicap
La menace d’Anubis 2001 Troubles obsessionnels compulsifs
La nouvelle vie de Charlotte 2017 Spondylarthrite
La revanche du scorpion 2001 Asthme
L’art de combattre 2016 Myélome multiple
L’asthme en poche 2002 Asthme
Laura va à l’hôpital 1996 Séropositivité
La virée: vivre avec le VIH 2009 VIH
L’ennemie sournoise 2017 Bronchopneumopathie chronique
Le fantôme du gaulois 1996 Anesthésie
Le foulard rouge 2013 Psoriasis
Le jour où il a oublié mon nom 2007 Alzheimer
Le passage 2006 Conduites à risques
Le retour des ombres 2004 Dépression
Les aventures de la famille Vampifrice ? Hygiène bucco-dentaire
Les folles soirées d’Hervé 2013 Hyperactivité vésicale
Le souffleur de verre 2015 Rhumatisme psoriasique
Le temps pour les secrets 2017 Hépatite C
Manon ? Contraception
Occasions manquées 2012 VIH
Qui veut voyager loin* 2007 Diabète
Relax Max 2013 Hyperactivité vésicale
Sommet en vue 2000 Malvoyance
SOS stress: les mystères neuro-immunitaires 1994 Immunité
Super Maxi Star 1993 Epilepsie
Tension sous les tropiques 2001 Hypertension artérielle
Tout doit disparaître 2009 Médecine du travail
Tubix, le pisteur d’anomalies 2003 Biologie
Un avenir moins pressé 2017 Hyperactivité vésicale
Un corps en trop 2009 Troubles des conduites alimentaires
Une affaire d’hommes 2009 Hypertrophie bénigne de la prostate
Une aventure d’Armand deux 1998 Dépression
Une femme pressée 2012 Hyperactivité vésicale
Une si longue nuit 2002 Dépression
Un jour, une fleur 1999 Contraception
Un nouveau départ 2015 Schizophrénie
24 heures sous tension* 2007 Hypertension

Interview épistolaire d’Hugues Bardet, responsable de la maison d’éditions Narratives, réalisée en décembre 2009.

Q1: Pouvez-vous nous parler un peu de votre maison d’édition Narratives?
Quelles en sont les origines?
Hugues Bardet: Narratives est la marque des Editions Bardet-Souchard consacrée à l’éducation à la santé du grand public. Les anglo-saxons parlent de ‘Medical Education’.
L’histoire débute lorsque Michel Souchard, éditeur médical, et le professeur Orsetti, diabétologue à Montpellier, s’interrogent sur le meilleur moyen d’impliquer des patients dans une démarche particulièrement délicate, la démarche de santé.
L’idée germe alors de raconter des histoires de patients au moyen d’un album pédagogique de bande dessinée. “Damien, l’histoire d’un diabétique” est ainsi publié en 1992 par Armand Collin.
Depuis, les publications se sont succédées pour devenir un métier et une Maison d’édition à part entière.
Ces albums constituent effectivement chez Narratives les ouvrages les plus marquants notamment en version reliée, mais ils ne sont pas les seuls.
Nous avons lancé avec succès la collection des “Carnets de Patients” qui ont abordé la maladie de Parkinson (Dr Ziegler), l’Anesthésie (Pr Bonnet), l’Hypogonadisme (Pr Costa) et l’Adénome de la prostate (Pr Desgrandchamps).
Nous nous sommes appuyés sur la technique des carnets de voyage pour mettre l’accent sur la façon dont les patients vivent avec leur maladie au jour le jour et nous leur donnons vraiment la parole à travers les verbatim.

Q2: Je crois que votre maison d’édition est une petite structure?
Pouvez-vous nous en dire plus? Comment sont répartis les rôles de chacun?
Hugues Bardet: Nous tournons à six permanents dont deux éditeurs mais nous sommes surtout riches de nos Auteurs.
Nous publions une dizaine d’Auteurs scientifiques par an, nos blouses blanches et nous nous appuyons sur trois directeurs de collection qui réfléchissent avec leurs patients sur les ouvrages à concevoir et à publier.
Les auteurs créatifs, scénaristes, dessinateurs, carnetistes, encreurs, coloristes, maquettistes sont plus nombreux bien que nous ayons nos auteurs fétiches. Au total, une année de publications Narratives sollicite une bonne trentaine de créatifs choisis selon les sujets abordés.

Q3: Qu’est-ce qui vous a poussé à vous spécialiser dans le monde de la santé?
Hugues Bardet: Nous sommes éditeurs médicaux avant d’être des éditeurs de Bande dessinée. Sans mauvais jeu de mots, la santé constitue notre code ADN. Il se trouve que les albums de bande dessinée sont nos produits phares mais ils ne sont pas les seuls.

Q4: Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours professionnel? Comment devient-on responsable d’une maison d’édition?
Hugues Bardet: Avant d’éditer, il faut lire. En ce qui me concerne, ce sont les albums publiés par Michel Souchard qui m’ont détourné des agences de publicités dédiées au web dans lesquelles j’ai passé dix ans.
J’ai été soufflé par l’impact de ses Albums, “Une si longue nuit” et “Tension sous les tropiques” notamment.
Michel Souchard, lui, a fait toute sa carrière dans l’édition médicale chez Masson et Doin avant de fonder Axone. “Tomodensitométrie thoracique” et “IRM corps entier” on longtemps fait référence en radiologie.

Q5: Je crois que la plupart de vos titres sont distribués par des laboratoires pharmaceutiques, parfois par des associations. Qu’est-ce qui a motivé ce choix par rapport aux circuits habituels (librairies, vente directe…).
Hugues Bardet: La diffusion en librairie est rendue délicate par la nature des sujets abordés. Les libraires vendent le bien-être plus facilement que la maladie et les solutions mieux que les problèmes.
L’album “Tout doit disparaître” consacré à la souffrance au travail fait exception à la règle puisqu’il est diffusé en librairie en premier lieu. Il est probable que notre série sur les addictions qui commence avec l’Anorexie prenne le même chemin.
Nos livres sont en effet principalement diffusés en hors média auprès de lecteurs qui ne les achètent pas. Les laboratoires pharmaceutiques absorbent le plus de titres. Le champ des pathologies abordées y est effectivement plus large.
Ce sont néanmoins les collectivités territoriales et les sociétés d’assurance qui en distribuent le plus grand nombre d’exemplaires au total.

Q6: Quelles sont les contraintes pour travailler avec un laboratoire pharmaceutique? Rigueur du scénario, cahier des charges stricts ?
Hugues Bardet: Les laboratoires pharmaceutiques sont rigoureux sur l’application de la réglementation et simultanément plus curieux que d’autres sponsors sur les nouveaux formats pédagogiques pour autant que chacun fasse bien son métier. Ces contraintes stimulent notre recherche éditoriale.

Q7: L’expert médical est-il imposé par le laboratoire pharmaceutique? Comment intervient-il dans la réalisation d’une BD?
Hugues Bardet: De mémoire, un laboratoire n’a jamais imposé aucun auteur, fusse t-‘il scientifique, à Narratives. Nous proposons des projets déjà bien ficelés avec un auteur scientifique de renom qui nous aide à cadrer les messages et rédige l’ensemble des textes pédagogiques.

Q8: Qu’est-ce qui est à l’origine d’un album? Est-ce une idée que vous essayez de placer auprès d’un diffuseur ou est-ce plutôt une commande à laquelle vous répondez?
Hugues Bardet: Nous avons l’initiative de l’écrasante majorité de nos publications aussi bien sur le choix du sujet que sur le choix de l’auteur scientifique. Mais nous ne sommes pas contre les commandes !

Q9: Travaillez-vous avec des dessinateurs réguliers ou faites-vous appel à des dessinateurs au coup par coup, selon le sujet, le thème de a BD?
Hugues Bardet: Chaque thème est différent et en matière de trait, il est évident que tel dessinateur sera plus utile auprès des ados, une ligne claire plus utile pour les séniors. Les choix artistiques sont guidés par la qualité du lectorat et son niveau de lecture.

Q10: Vous travaillez souvent avec Jean-Louis Fonteneau comme scénariste, vous pouvez nous en dire plus sur votre collaboration?
Hugues Bardet: Il fait partie de notre équipe fétiche et je vous renvoie au titre d’un de ses derniers albums, “Secret de famille”; en ce qui concerne notre collaboration…

Q11: Combien de temps prend la naissance d’un livre entre la première idée et le moment où on le tient enfin dans ses mains?
Hugues Bardet: Entre six mois et un an entre le choix du sujet et l’impression. Le format et le nombre de planches influent lourdement sur le timing.
Heureusement, avant de voir l’Album imprimé on lit le scénario, les études de personnages, les planches crayonnées, les encrées et la mise en couleur au fur et à mesure de la création.
C’est le moment le plus excitant où les idées émises des mois auparavant prennent enfin une forme intelligible. On est un peu comme des parents qui regardent les échographies tous les mois en attendant l’arrivée du bébé.
Pourtant, contrairement aux parents qui trouvent leur progéniture toujours irréprochable, les éditeurs sont rarement totalement satisfaits et veulent toujours s’améliorer pour la prochaine parution.

Q12: Quel est le tirage moyen d’un titre? Quels titres ont bénéficié des plus gros tirages?
Hugues Bardet: Entre 10 000 et 20 000 en moyenne, le record étant un album sur l’hypertension artérielle tiré à plus de 110 000 exemplaires.

Q13: L’informatique a-t-elle simplifié la réalisation d’une BD (échanges avec le scénariste, le dessinateur, les experts..)?
Hugues Bardet: C’est un gain de temps considérable en production. La numérisation des travaux et leur envoi par mail a divisé le temps d’échanges par trois. Néanmoins, les travaux “manuels” sont incompressibles et non échangeables.
Le scénario précède le crayonné, qui précède l’encrage, le lettrage et la mise en couleur. De ce point de vue, ces publications empruntent beaucoup à l’artisanat, certes accélérées par les emails.

Q14: Trouvez-vous que la période actuelle est propice à ce type de productions et répond à un besoin de connaissances des malades ou de leurs familles, à la médiatisation des problèmes de santé?
Hugues Bardet: Le fait que le patient devienne le premier acteur de sa santé est une révolution qui se traduit dans l’édition par un besoin croissant d’outils d’éducation à la santé qui ne prennent pas le patient pour ce qu’il n’est pas.
Il faut à la fois impliquer et former sur des sujets difficiles et parfois sensibles. C’est l’essentiel du travail de Narratives.

Q15: Vous travaillez beaucoup avec les laboratoires pharmaceutiques, les regroupements de ces dernières années, les baisses de leurs budgets communication ont-ils eu une incidence sur votre production? Le cap difficile est-il passé?
Hugues Bardet: Tous les acteurs de l’éducation à la santé, l’industrie pharmaceutique, les collectivités locales, les associations, l’Etat et les sociétés d’assurance relèvent leur niveau d’exigence et c’est tant mieux.
Ca ne sert a rien de faire la vingtième brochure sur les hépatites si personne ne la lit ! Il vaut mieux mettre ses sous dans la recherche ou l’aide aux patients.
Certains projets d’édition on été décalés, d’autres ont démarrés plus tard mais le besoin d’ouvrages bien fait est toujours, et plus que jamais, d’actualité à condition de miser sur la qualité.

Q16: Une caractéristique de votre maison d’édition et d’éditer des versions cartonnées et des versions brochées. Tous vos titres ont-il bénéficié d’une double édition?
Hugues Bardet: Effectivement sur le plan formel, l’impact d’une version cartonnée d’un Album est décuplé par rapport à une version brochée. Une version reliée est lue, relue, transmise et conservée.
C’est un bel objet que l’on place dans sa bibliothèque mais qu’on ne jette pas. Les diffuseurs achètent en général un exemplaire relié pour cinq exemplaires brochés bien qu’il n’y ai vraiment pas de règles strictes.
Sur le fond, Narratives raconte toujours des histoires de patients, jamais des histoires de pathologies.

Q17: Le tirage des albums brochés est-il supérieur aux versions cartonnées? Quels sont les critères qui déterminent telle ou telle version? (Le coût, l’éditeur, le retirage…)
Hugues Bardet: cf. supra

Q18: Il y a t-il eu des projets qui vous tenaient à cœur et qui n’ont pas abouti ou qui ont avorté (défaillance d’un partenaire…)?
Hugues Bardet: Dès lors qu’il y a un besoin pédagogique on doit pouvoir publier un livre, un jour ou l’autre, il faut juste persévérer !

Q19: Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier au sein de votre maison d’édition?
Hugues Bardet: J’espère la prochaine.

Q20: Pouvez-vous nous dévoiler quelques projets à venir en terme de BD?
Hugues Bardet: Il y a des thèmes qui nous tiennent à cœur : les addictions, la rhumatologie, la douleur sont notamment au programme de 2010.

Q21: Et vous-même, quelle est la dernière BD que vous avez lue? Quels sont vos dessinateurs favoris?
Hugues Bardet: Les nôtres !

Mille mercis à Hugues Bardet pour sa gentillesse et sa disponibilité pour répondre à mes diverses sollicitations.